Lieu de travail:

Continuer

Veuillez patienter quelques instants, le contenu de la page est en cours de personnalisation.

D’une grande richesse, la culture culinaire scandinave compte aujourd’hui parmi les meilleures du monde grâce à son exceptionnelle inventivité. Plaquebières, saumon, viande de renne: les cuisiniers peuvent laisser libre cours à leur imagination avec les délicieux ingrédients de cette région. A Noël surtout, les recettes mettent souvent en exergue les racines culinaires et les caractéristiques régionales.

Suède: jamais sans les voisins et les amis!

Dans le Grand Nord, Noël est la fête de la profusion. Les festivités débutent déjà à la Sainte-Lucie, une tradition suédoise: le 13 décembre, les enfants, vêtus de tuniques blanches, se rassemblent pour chanter des chansons à sa mémoire.

La veille de Noël, tous se rassemblent au julbord, le traditionnel banquet suédois, qui offre de la nourriture à foison: pain, fromage, pommes de terre, jambon, köttbullar (boulettes de viande), poissons et fruits de mer. Après le festin, comme dans presque toute cette région, on danse puis on s’offre des cadeaux autour du sapin.

Boisson typique:

les Suédois adorent ajouter à leur célèbre vin chaud – le gløgg, apprécié à l’unanimité – des éclats d’amande et des raisins secs qu’ils s’amusent à extraire du verre tout en savourant le breuvage. Le julmust, boisson de Noël aux épices et au goût de cola, est également très populaire.

Danemark: des fêtes hyggelig

Boisson typique:

la très populaire juleøl, bière de Noël assez forte et aux légers accents de réglisse, contribuera à merveille au sentiment général de bien-être et de convivialité qu’est le julehygge. La mise en perce, qui a lieu en novembre, est largement célébrée dans tout le pays.

A Noël, la fameuse hyggeligkeit danoise (que l’on pourrait traduire par «convivialité» ou «atmosphère chaleureuse») atteint son paroxysme. Mais la période qui précède est déjà l’occasion de festoyer, notamment autour du julefrokost, gigantesque buffet composé de mets chauds et froids.

Lors du repas traditionnel de Noël, on sert de l’oie, de la dinde ou du canard, farcis de pruneaux séchés, de pommes, de laurier et de thym macérés dans du cognac, ou encore du rôti de porc. Le rôti croustillant est souvent servi en deuxième plat, agrémenté de chou blanc ou de chou rouge, de pommes de terre dorées et d’une sauce brune typique. En dessert, les convives savourent le traditionnel riz à l’amande, un mets fin et délicat préparé avec beaucoup de crème et de vanille. Celui qui trouve l’amande au fond de son bol se voit offrir un petit cadeau.

Finlande: après l’effort, le réconfort

En Finlande, on commence dès le mois de novembre à se préparer aux festivités de Noël: les pikkujoulu («petits Noëls») sont l’occasion pour les amis ou collègues de se réunir et de savourer de nombreux mets. A Noël, c’est le hors-d’œuvre qui donne le signal de départ: au menu, une grande variété de poissons, notamment le hareng et la morue séchée. La salade Rosolli, composée de harengs salés, de pommes de terre, de carottes, de betterave, de viande, de pommes et de cornichons, est une recette incontournable. Mais la palme revient incontestablement au joulukinkku (rôti de porc d’une dizaine de kilos), le «roi de la table de Noël», comme l’appellent les Finlandais eux-mêmes. Traditionnellement cuit en croûte de moutarde, il est servi accompagné de petits pois, de pruneaux séchés ou de morceaux de pommes. Et n’oublions pas les gratins de rutabagas, de carottes, de pommes de terre ou de foie. Le menu peut également comporter de la viande d’agneau, de chevreuil, d’élan, de dinde ou de canard sauvage.

Boisson typique:

la variante finlandaise du vin chaud, appelé gløgi, est préparée avec du jus de cassis, de la cannelle, des clous de girofle, du zeste de citron râpé, de la cardamome et du sucre. Le tout peut être agrémenté d’un shot de vodka.

Norvège: festivités de Noël, réminiscences du temps des vikings

Durant l’avent, les rues et maisons de la sombre Norvège sont superbement décorées de lampions et de bougies. Ici aussi, le fameux banquet de Noël julebord est une tradition.

En revanche, le réveillon de Noël est plus typique et sobre. A table, la traditionnelle tête de mouton (smalahove) est servie après avoir été découpée, plongée plusieurs jours dans de l’eau, salée, fumée avec un bois spécial et enfin cuite. Elle sera mangée avec les yeux, les oreilles et la langue (mais sans la cervelle). La viande est si tendre qu’elle se détache au niveau des pommettes. D’après les témoignages, son goût est délicat et exotique. Elle se marie bien avec de la purée de pommes de terre et des légumes-racines. Autrefois, on buvait du lait fermenté ou de la bière pour l’accompagner. Aujourd’hui, on est passé à l’aquavit, une eau-de-vie à base de cumin. Les autres plats de Noël sont les côtelettes de porc, les côtes d’agneau en saumure et les plats de poisson, comme la morue ou le cabillaud.

En dessert, on déguste une sorte de christstollen aux raisins secs, aux fruits à coque et à la cardamome.