Menu
Points de fidélité

Lieu de travail:

Continuer

Veuillez patienter quelques instants, le contenu de la page est en cours de personnalisation.

La 3e pré-finale du concours du Pâtissier de l’année s’est déroulée le 2 avril 2017 à Hennef près de Cologne.  Le lieu choisi pour l’organisation de l'événement parlait déjà de lui-même, à savoir l’ancienne église du monastère d’Hennef. Ce site d’exception a offert au public un cadre majestueux autour d’un programme exigeant et exaltant.

Le centre de l’attention se portait bien entendu sur les participants qui se sont affrontés afin d’accéder à la prestigieuse finale qui se déroulera à l’Anuga. Au fil d'un menu de trois plats, l’objectif était de convaincre le jury qu'ils sont les meilleurs parmi les meilleurs.

 

#édition monastère: ces talents se sont affrontés pour une place en finale:

Stephan Haupt

Stephan Haupt

Le sous-chef de 28 ans officie dans les cuisines du restaurant Scharff’s Schlossweinstube situé dans l’enceinte du célèbre château de Heidelberg. Il se décrit lui-même comme «un cuisinier avec un faible pour la pâtisserie»

Il apprécie tout particulièrement de travailler avec les herbes fraîches et est toujours soucieux, également pour ses créations de desserts, de maintenir un parfait équilibre entre les saveurs sucrées, acides et salées. «Car c’est dans les contrastes que l’harmonie trouve sa source», rappelle le jeune homme originaire de Rhénanie-Palatinat.

Le menu qu'il présentera au concours doit rester secret jusqu’à la pré-finale. Il reflétera les multiples facettes de son inspiration, qui puise aussi bien dans ses souvenirs d’enfance que dans des combinaisons audacieuses et modernes propres à la cuisine d’aujourd'hui.

Claudius Herbst

Claudius Herbst

La cuisine est pour Claudius Herbst un lieu de liberté et d’épanouissement de son individualité: «Dès que je suis en cuisine, tout le reste n’a plus d'importance! Je suis alors en plein accord avec moi-même. Il n’y a qu’en cuisine que je parviens à faire fusionner ma tête, mon cœur et mon ventre dans un parfait équilibre fonctionnel... Il s’agit presque d'une expérience méditative.

«La profondeur émotionnelle avec laquelle le jeune talent culinaire de 27 ans s’adonne à sa passion se reflète également dans la qualité de ses assiettes. 

L'inspiration lui vient spontanément dans ses moments créatifs. Il enregistre souvent des notes vocales afin de consigner ses idées qu’il transpose ensuite dans la réalité. Jusqu’à fin février, il officiait comme sous-chef dans les deux restaurants Die Residenz* et Die Brennerei situés à l'intérieur de l’ancien logis seigneurial de Möckern (Leipzig). Depuis leur fermeture le 1er mars, il est néanmoins déjà engagé dans un nouveau projet de carrière qui ne devra pas être dévoilé avant le concours. Le menu qu'il présentera associera les techniques culinaires classiques avec les procédés de la cuisine moléculaire. Le public et le jury de la pré-finale pourront vivre en direct la fascination qui émane de son talent à mettre les cinq sens en éveil autour de la pâtisserie. Quand il n’est pas en cuisine, Claudius Herbst s’adonne à sa passion pour la musique ou profite de ses amis ou de ses chats.

Christian Hoffmann

Christian Hoffmann

Depuis le 1er mars 2017, le pâtissier et chef de partie Christian Hoffmann régale la clientèle de l'un des hauts lieux de la bistronomie berlinoise: depuis les cuisines du restaurant Schwein, il confectionne toute une palette de délices sucrés qui clôturent les repas en beauté.

Ses créations combinent harmonieusement les codes du Fine Dining et du Bar Food et s’accordent parfaitement avec la thématique retenue pour la pré-finale du concours du Cuisinier de l’année le 3 avril à Hennef.

Sa passion pour la pâtisserie lui est venue au fil des années après sa formation de cuisinier:

«J’aime d'abord la liberté d’expression que m’offre la pâtisserie dans le choix des textures et des saveurs, et ensuite le travail de rigueur et de précision qui va de pair avec l’exercice de cet art», explique le jeune homme de 27 ans originaire de Leipzig. Pour la conception de ses gourmandises, il trouve essentiellement son inspiration dans les produits de saison, lesquels tiennent une place d'honneur dans ses recettes. Ses échanges avec ses collègues sont également un moteur essentiel de sa créativité. Bien plus que les chichis et les tralalas, ce qui compte pour lui avant tout est le plaisir du goût.

Il cite Andy Vorbusch, Kevin Fehling et Andreas Caminada comme ses principaux modèles. Et nul doute qu’avec sa candidature au concours du meilleur pâtissier de l’année, il franchit un pas décisif qui le rapproche un peu plus encore de ses idoles.

Steve Flügge

Steve Flügge

En tant que sous-chef junior, Steve Flügge s’emploie à redonner toute leur force d’expression aux produits de sa région d’adoption: le lac de Constance. La clientèle de l’hôtel-restaurant Ganter Mohren sur l’île de Reichenau peut ainsi se régaler de ses délicieuses créations régionales qui font vibrer les papilles par leur mise en œuvre originale.

Cette étoile montante de la cuisine puise son inspiration dans les moments qu'il partage avec sa famille et ses amis, dans sa passion pour la musique et dans un travail de 

«C’est sur l’île de Sylt que j’ai appris l’essentiel de ce que je sais aujourd'hui, à Heidelberg que j’ai commencé à déployer mes ailes et à bord du MS Europa2 que j’ai découvert le monde», résume-t-il en guise de biographie. «Pour ce qui est de mon avenir professionnel, mon ambition est de devenir chef pâtissier au sein d'une équipe passionnée et dynamique.»

Sa participation à la pré-finale du trophée du meilleur pâtissier de l’année constitue un grand pas en avant en direction de cet objectif.

André Siebertz

André Siebertz

«Un bon pâtissier doit être intimement lié avec ses créations», considère André Siebertz. Le jeune chef pâtissier de 34 ans qui officie à l’hôtel Clostermanns Hof (Niederkassel-Uckendorf) nous livre ainsi une description de son propre style, lequel est profondément marqué par une solide ambition, une grande ouverture sur le monde ainsi qu’une motivation sans borne.

La base de son travail est axée sur l’art des combinaisons gustatives: il est sans cesse à la recherche de nouvelles associations de saveurs à même de s'harmoniser afin de mieux exploser en bouche. A cet égard, il fait également preuve d'un grand talent pour intégrer dans ses recettes les ingrédients les plus improbables et les équilibrer avec leur pendant parfait.

Cette audacieuse diversité d’associations gustatives se reflétera bien entendu dans le menu qu’il proposera à l’occasion du concours mais il faudra attendre la tenue de ce dernier afin d’en connaître le détail. Il sera alors assisté par son collègue Thomas Gilles, lequel le décrit comme un «monstre de motivation absolu»: «Il me comprend sans qu'il y ait besoin de mots et est capable d’anticiper chacun de mes besoins.»

La prestation qu'offrira cette équipe parfaitement rodée est très attendue. Nul doute que son esprit d'inventivité et sa capacité à sortir des sentiers battus mettront les papilles en ébullition!

Vous n’avez pas encore trouvé la tenue de cuisine qu'il vous faut?

Vous n’avez pas encore trouvé la tenue de cuisine qu'il vous faut?

Avec le programme de fidélité d’Unilever Food Solutions, cumulez des points de fidélité et gagnez de superbes cadeaux pour votre cuisine professionnelle.

Inscrivez-vous dès maintenant au programme de fidélité!